Search

Brasseurs d'innovation

Pour Gabriel Girard Bernier, la fabrication d’alcool n’a plus de secrets. Non seulement il a grandi dans le milieu du vin, mais il avait également l’habitude de brasser des bières dans ses temps libres. Voilà comment l’histoire de la Brasserie du Bas-Canada a commencé, dans le sous-sol de Marc-André Cordeiro Lima, le partenaire d’entreprise de Gabriel.


Avec le temps, les deux partenaires se sont rendu compte que l’Outaouais comptait le moins de brasseries par habitant et qu’il y avait possibilité de changer la donne. Étant tous deux natifs de la région, ils ont décidé de se relever les manches et de monter leur projet de brasserie.


Pour toute entreprise qui démarre, la question du financement est toujours l’une des plus

grandes difficultés. C’est d’autant plus vrai pour une brasserie, car l’équipement brassicole est dispendieux. Pour deux personnes qui n’avaient jamais eu d’entreprise, c’était tout un défi à relever! Habitués aux modèles de brasseries qui vendent de la bière sur place ou qui la distribuent sur les rayons, les institutions financières ne savaient pas sur quel pied danser avec celui de Gabriel et Marc-André : un espace de production où les gens peuvent consommer des bières sur place ou en acheter pour sortir. Même son de cloche du côté du zonage et des permis où ils ont dû défendre leur plan d’affaires. Malgré tout, et grâce au soutien financier de son entourage, le duo a réussi à lancer son entreprise.




Un peu comme un Apple Store


« Oh, il y en a déjà trop de brasseries. »


Voilà une phrase que Gabriel et Marc-André ont souvent entendue! Il suffit de regarder d’où vient leur clientèle pour remettre les détracteurs à leur place. En effet, les gens se déplacent de Québec, des États-Unis et des autres provinces canadiennes pour venir goûter leurs produits. La Brasserie du Bas-Canada est bien une brasserie, mais pas n’importe laquelle!


« On s’est mis un petit peu sur la carte avec des styles de bière qui étaient très peu brassées au Québec, même au Canada. C’étaient des choses qu’on aimait boire puis qu’on trouvait intéressantes aussi à fabriquer », dit Gabriel Girard Bernier. En étant pionniers dans certains styles de bières brassées ici, et en s’inspirant de ce qui se fait aux États-Unis, ils se sont rapidement fait un nom malgré leur petite production. Avec approximativement 150 000 litres de bière produits par an — comparativement à 9 millions de litres pour d’autres entreprises — et le grand nombre de clients, les bières de la Brasserie du Bas-Canada sont difficiles à trouver. C’est pour cette raison que les amateurs se déplacent. Deux fois par an (avant pandémie), en mai et la fin de semaine du 17 novembre, soit l’anniversaire de sa fondation, la Brasserie organisait des événements spéciaux pour dévoiler cinq à sept nouveaux produits en même temps. « Pour notre anniversaire, à 8 heures le matin — on ouvrait à 11 heures — il y avait 400 personnes en ligne. On est un peu comme un Apple Store », rigole Gabriel.


Façade Brasserie du Bas-Canada


Des idées plein les papilles


Si le combo mangue et bière ne vient pas immédiatement en tête pour certains, c’est qu’ils n’ont peut-être pas l’expérience de Gabriel et de Marc-André en dégustation de bières! Grâce à leurs nombreux voyages, ils ne manquent pas d’inspiration : noix de coco, cacao, vanille, sirop d’érable, cannelle, mangue… Quand vient le temps de créer, l’équipe n’a pas froid aux yeux et met tout en œuvre pour avoir accès aux meilleurs produits qui soient. « C’est moi qui m’occupe du design des recettes et j’en ai pour très longtemps à brasser toutes sortes d’idées! », s’exclame Gabriel.



Une bonne équipe


« On a vraiment un beau succès. La brasserie est rentable. Tout fonctionne relativement bien, mais on essaie toujours d’innover et de développer de nouveaux produits. Puis on a un staff qui voit les choses comme ça, c’est vraiment le fun. » — Gabriel Girard Bernier

C’est grâce à son équipe que la Brasserie du Bas-Canada réussit à innover autant en matière de produits que d’équipements. Quand l’équipe travaille sur de nouveaux schémas ou de nouvelles technologies, les semaines de travail s’en trouvent rallongées, sans parler du niveau de complexité du travail qui augmente. Heureusement, toute l’équipe est passionnée par ce qu’elle fait et n’hésite pas à mettre la main à la pâte pour contribuer au succès de l’entreprise. « Si ce n’était pas le cas, on ne serait pas capable de faire ce qu’on fait. Parce qu’on a bien beau avoir les meilleures idées au monde, mais si on n’a pas la capacité de les mettre en pratique, ça reste des idées », dit Gabriel.



Un petit conseil pour la route


« Pour moi, un bon entrepreneur, c’est quelqu’un qui évalue bien ses faiblesses pour savoir s’entourer de personnes qui sont meilleures que lui dans ce qu’elles font. » - Gabriel Girard Bernier

En faisant appel à des experts, Gabriel et Marc-André optimisent leur rendement. Que ce soit le technicien qui les aide à créer de nouveaux équipements, l’experte en RS&DE de Cilex, le designer graphique Alexandre Mercier ou même le restaurant Les Vilains Garçons qui s’occupe du service de traiteur, ils permettent tous à Gabriel et à Marc-André de se concentrer sur l’essentiel : leur passion!


Pour en apprendre davantage sur la Brasserie du Bas-Canada et ses produits, visitez son site Web ou suivez-la sur Facebook ou Instagram! Et si vous aussi désirez concentrer vos efforts sur l’essentiel tout en rentabilisant votre entreprise, contactez-nous pour prendre rendez-vous avec notre experte en RS&DE!